Rechercher les tags suivants :

Résultats

[maj] Logiciel libre : INRIA, à la solde des intérêts privés ? Par adrien_s, le 09 Juillet 2013 15:32:01

Tags : newsgroumpfinformatiquelogicielLibreonSeFoutDeVotreGueule


L'INRIA, un labo de recherche informatique, a décidé de privilégier le logiciel propriétaire au détriment du logiciel libre dans l'enseignement supérieur, pour "ne pas faire de discrimination entre deux modèles économiques".

Quelle discrimination ??

Celle de préférer un truc fermé, obscur, que tu subis littérallement sans avoir aucun contrôle - eh oui, si du jour au lendemain Microsoft ne supporte plus aucun Windows®, et qu'il décide que toutes les copies seront désactivées sous 10 jours (techniquement, ils peuvent parfaitement le faire, même si ça serait du pur suicide à l'heure actuelle), tous les Windowsiens ainsi que toutes les entreprises travaillant sous windows se retrouvent littéralement le bec dans l'eau - ou alors quelque chose d'ouvert, de respectueux des standards, de l'interopérabilité, de la perrénité des données (qui n'a jamais eu de problème avec les fichier Microsoft Office qui ne fonctionnent pas très bien mal d'une version sur l'autre ?) et surtout basé sur un développement communautaire (donc décentralisé, et pas à la merci d'une entreprise gourmande de profit), libre et surtout qui bosse pour faire quelque chose qui marche, et pas pour amasser des tonnes de blé ??
Parce qu'entre nous, un labo de recherche en informatique ça sert à faire du profit ou à faire de la recherche en informatique ? Moi je sais pas, je dirais sans doute de la recherche en informatique.
Et c'est bien connu, quand on garde les connaissances pour soi avec ses brevets à tout va (coucou, Microsoft, coucou, Apple) et qu'on tacle les autres dès qu'ils ont un peu d'innovation, ça avance bien plus vite.
Mais oui.

Le logiciel libre permet le partage des connaissances.

Et c'est nécessaire pour faire avancer la recherche. C'est pareil dans tous les domaines.
Un scientifique qui fait une découverte fondamentale, qui la protège par un brevet et la garde secrète, vous en penseriez quoi ? Ben que comme scientifique, il ne sert à rien (et pire, il ralentit les autres scientifiques à cause des brevets qui nuisent à l'innovation contrairement à leur but originel).
Le logiciel libre permet à quiconque a les compétences et la volonté de partager ce qu'il sait et son énergie pour faire avancer ledit logiciel.
Ni plus, ni moins.

Alors arrêtez de vous foutre de la gueule du monde.

[ edit 10 Juillet ] Apparemment, le parlement français a quant à lui voté en faveur de la priorisation du logiciel libre dans l'enseignement supérieur.

Et ça c'est bien. Pour une fois que ce ne sont pas les lobbys industriels qui gagnent...

Sources:
Numerama.com - INRIA / logiciel libre : l'AFUL dénonce les "intérêts privés"
LinuxFr.org - Communauté : Le parlement français adopte une disposition législative donnant la priorité au logiciel libre


Recherche libre Par adrien_s, le 22 Juillet 2013 15:08:02

Tags : internetinformatiquesitelogicielLibrerecherche


Salut à tous :D

Je viens de déployer YaCy sur mon serveur. Si vous ne connaissez pas, il s'agit d'un logiciel de moteur de recherche en P2P (décentralisé donc, contrairement à nos chers Google, Bing et j'en passe).

C'est du java, donc mon petit serveur ça ne lui plaît pas trop (le CPU tourne à fond là), donc je ne sais pas si à terme je le laisserai.

Mais c'est une expérience à tenter.

Si vous voulez essayer c'est .


Projets - Accès GIT Par adrien_s, le 23 Juillet 2013 10:00:30

Tags : développementsitenewslogicielLibrechangelog


<!-- Styles -->

<!-- Texte -->

Bonjour à tous :)

L'accès en lecture aux projets hébergés ici peut désormais se faire via HTTP avec la commande : $ git clone http://www.art-software.fr/projects/[nom du projet].git

Pour voir la liste des projets, c'est ici.

L'accès en écriture (pour modifier des trucs sur le dépôt quoi) se fait quant à lui en ssh uniquement, car c'est plus sécurisé et je contrôle qui fait quoi.

En l'occurence, la commande pour cloner le dépôt est :$ git clone ssh://username@art-software.fr/git/[nom du projet].git

Bonne journée :)


HeartBleed : Qu'est-ce que c'est ? Par adrien_s, le 09 Avril 2014 13:48:43

Tags : newssiteinformatiqueévénementinternetespionnagegroumpflogicielLibreserveurwebsécuritéactu


Vous avez peut-être entendu parler d'HeartBleed, peut-être pas.
Il s'agit d'une faille qui a été découverte dans l'implémentation d'OpenSSL qui permet notamment d'avoir accès à des portions de mémoire du serveur.

OpenSSL ?

Il s'agit d'une boîte à outils logicielle qui est notamment utilisée pour la gestion des certificats de sécurité et des connexion en SSL/TLS (https par exemple, mais aussi IMAPS / SMTPS pour les emails passants par SSL/TLS).

Pourquoi HeartBleed ? C'est quoi ?

Il se trouve que cette faille touche l'extension HeartBeat d'OpenSSL. Cette faille permet à une machine quelconque de lire et d'écrire des portions de mémoire (64 ko par heartbeat) sur le serveur, sans autorisation préalable et sans laisser aucune trace.

C'est donc une faille très importante qui a été découverte.

Que faut-il faire ?

Tout d'abord mettre à jour OpenSSL (à la version 1.0.1g) pour bénéficier du correctif.
Ensuite, il faut regénérer des certificats SSL par précaution (quelqu'un vous a déjà peut-être volé les vôtres, moi je me fais attaquer tous les jours par des chinois alors bon…) car cette faille permet de récupérer les clés privées des certificats SSL générés.

Concernant ArtSoftWare ?

Concernant mes serveurs, j'ai effectué la mise à jour et surtout regénéré mes certificats.

Il vous faudra donc réimporter le nouveau certificat racine — que je devais de toute façon mettre à jour sous peu — pour pouvoir à nouveau utiliser l'interface HTTPS.

Bonne mise à jour :)


Sources :
Heartbeat.com
LinuxFR
Wikipédia


Les liseuses électroniques Par Électron, le 20 Février 2017 23:38:55

Tags : achatlecturelibertélogicielLibre


Salut !

Aujourd'hui, on va parler de quelque chose qui touche deux domaines que j'affectionne beaucoup : la lecture, et l'informatique libre. Pour être plus précis, nous allons parler des liseuses électroniques.

Il se trouve que dans un précédent post, je disais en avoir acheté une récemment.

En fait, cela date d'il y a plusieurs mois de cela, et j'ai — pour faire court — dû m'en racheter une autre car la première m'a été volée.

Bref.

I - Description basique

I.1 - Une liseuse, c'est quoi

Alors tout d'abord, de quoi parle-t-on ?

Eh bien une liseuse électronique, pour faire simple, c'est une sorte de tablette (comme les iPad ou les tablettes android), sauf qu'elle ne sert pas à installer des applications, jouer à des jeux ou consulter ses sites webs favoris ou regarder des films.

Non.

Elle permet de lire.

Seulement cela ?

Et bien, oui et non.

En effet, une tablette android ou iPad, un ordinateur, un smartphone ont tous les trois des défauts majeurs :

  • Premièrement l'écran est parfaitement inadapté à une lecture longue. C'est très fatiguant pour vos yeux, ça émet de la lumière, le contraste est au mieux pas terrible et en plus c'est pas très net (quoi qu'avec les résolutions qui commencent à réellement augmenter, ce dernier point devient progressivement obsolète) ;
  • Ensuite, ce n'est pas fait exprès pour la lecture. Vous pouvez bien poser un fichier ebook ou PDF sur votre tablette, installer une application permettant la lecture, et lire comme cela, mais votre batterie va se vider assez rapidement (quelques heures) et en plus d'avoir mal aux yeux vous ne pourrez pas aller très loin ;
  • Le stockage est inconsistent, certains appareils ont une grosse capacité et d'autres non, certains peuvent recevoir une carte mémoire, d'autres non, bref c'est une lotterie.

Pour toutes ces raisons, il peut être intéressant de se pencher vers une liseuse électronique.

I.2 - L'écran de la liseuse

L'écran d'une liseuse, comme je le disais, est particulier. Sur un ordinateur classique (PC, portable, smartphone ou tablette) on utilise ce que l'on appelle un LCD, ou écran à cristaux liquides.

On lui balance de la lumière (par devant pour les anciens, par derrière pour les autres), et les pixels s'assombriront là ou on veut l'empêcher de continuer son chemin, pour dessiner ce qu'on veut.

Sauf que cela pose des problèmes, car :

  • L'écran émet de la lumière, qui n'est donc pas forcément adaptée à l'environnement de lecture ;
  • les pixels sombres laissent toujours passer un peu de lumière, c'est pour cette raison que le contraste d'une dalle LCD est toujours une donnée importante à prendre en compte ; ce problème est résolu avec l'arrivée des écrans type OLED/AMOLED, où ce sont les pixels qui émettent leur propre lumière, mais le premier point reste valide, et de plus ils sont sujet à un phénomène de brûlure sur le long terme (les pixels utilisés s'usent plus vite).

Un écran de liseuse, est quant à lui plus proche d'une vraie feuille de papier, qui reflète uniquement la lumière environnante (donc on a un éclairage concordant avec l'environnement, beaucoup plus confortable sur le long terme).

Pour ce faire, on prend de petites billes blanches et noires qu'on met dans une bille plus grosse, remplie d'huile ; ces billes sont chargées électriquement. Si on met une certaine tension électrique, la bille blanche monte et la noire descend ; si on inverse la tension, il se produit le contraire. Cela a pour effet de donner une couleur blanche ou noire au pixel que constitue cette bille d'huile ; les versions avancées peuvent même afficher plusieurs niveaux de gris en jouant sur les positions respectives des sous-billes blanche et noire.

Entre temps, tant que l'on ne touche à rien, tout reste en place.

On a donc un écran, qui reflète la lumière environnante uniquement et qui ne consomme du courant que lorsqu'on en change le contenu ; mais contrairement aux LCD type Game Boy l'écran reste parfaitement lisible puisque la lumière rebondit sur les billes qui constituent les pixels, pas au travers comme la GameBoy première du nom (qui a été décriée pour son manque de lisibilité, justement).

On peut y adjoindre un éclairage frontal (et pas "rétro" éclairage, puisque les billes sont opaques, par derrière la lumière ne passerait pas) mais cela revient au même que de lire un livre papier avec une lampe torche.

Et comme l'écran consomme très très peu d'électricité, cela permet d'avoir des autonomies de batterie beaucoup plus intéressantes, en général de l'ordre d'un à deux mois à raison de deux heures de lecture par jour. Ceci constitue donc l'intérêt principal d'une liseuse électronique.

(Pour information, ce type d'écran s'appelle un écran e-Ink ou papier électronique en français)

II - Kindle versus Kobo

Dans le marché des liseuses électroniques, plusieurs fabricants peuvent proposer leur produits, mais les plus connus sont les Kindle, et les Kobo.

II.1 - Amazon : Kindle

La Kindle est fabriquée et vendue par Amazon, qui propose également des livres électroniques sur son store, que l'on peut acheter et télécharger directement sur et depuis la liseuse.

Seulement voilà : Amazon a tendance à y mettre des publicités sur certaines éditions (et donc récupère toutes vos informations personnelles, vos habitudes de lecture et vous traque avec), et en plus peut supprimer des livres de ses rayonnages et de votre liseuse si et quand bon lui semble.

De plus, les Kindle ne savent lire qu'un seul format : le format « kindle », et donc si vous achetez un livre électronique ailleurs, il vous faudra le convertir d'abord.

Le prix de ces liseuses semble néanmoins relativement intéressant.

II.2 - Fnac : Kobo

L'autre grand connu est la Kobo, fabriquée par une entreprise du nom de Rakuten, et qui est partenaire de la Fnac.

On peut acheter ses livres depuis la liseuse également, lier d'autres comptes pour les données de lecture et divers magasins de livres, elle support le format standard epub (contrairement à la Kindle), les PDF, et d'autres formats encore, je n'y ai jamais vu de publicité.

Cependant le logiciel intégré demande impérativement un accès Wi-Fi (ou un ordinateur sous Windows récent ayant un accès internet, pour brancher la liseuse en USB) pour la configuration initiale ; et les serveurs de Kobo doivent être accessibles au moment où vous faites le premier allumage sinon la liseuse refusera d'aller plus loin.

J'ai eu quelques frayeurs à cause de ça. Mais c'est réellement le seul point négatif que je retiens de ces liseuses.

En dehors du DRM.

Car les livres achetés sur le site de la FNAC comme chez Amazon sont verrouillés, ils ne sont pas vraiment sur la liseuse (en tout cas pas dans un format exploitable), ils sont chiffrés, bref vous achetez un livre, mais vous ne pouvez pas en disposer et créer une copie sur votre ordinateur sans utiliser un logiciel spécial d'Adobe qui vous traquera pour s'assurer que vous ne copiez pas le livre ailleurs.

Très dérangeant pour ma part.

Si vous savez contourner le DRM (dans le seul but de faire une copie de sauvegarde de vos livres, attention), vous pouvez mettre les ebooks que vous voulez, la Kobo sait parfaitement lire les epub standards sans DRM.

II.3 - Autres constructeurs

Il existe également d'autres constructeurs de liseuses, en fait j'ai cru comprendre que chaque plus ou moins « grosse » librairie avait sa propre sauce, et je trouve ça un peu déroutant, et je n'ai pas vraiment d'informations sur celles-ci — et puis surtout, j'ai la flemme d'aller en faire un inventaire qui ne sera de toute façon pas exhaustif et donc plus ou moins inutile. Je n'en parlerai donc pas plus ici pour ne pas en dire de bêtise.

II.4 - Conclusion

Tout ceci est bien beau, mais jusqu'ici on n'a pas abordé le côté libre. Et il serait temps, au vu des défauts que je viens d'énoncer des deux côtés.

Car Fnac comme Amazon, les deux peuvent facilement pister vos habitudes de lecture, vos goûts et vendre cela. Et probablement plus encore… Et dans tous les cas, avoir un peu plus de liberté et de vie privée ne peut pas faire de mal, bien au contraire.

III - Koreader

III.1 - Présentation

Ce problème n'est pas nouveau ; c'est pourquoi des gens ont commencé à coder une application pour la Kindle, qui prit le nom de KOReader (pour Kindle Open Reader à l'origine).

Les versions avançant, les développeurs venant, cette petite application a vite grandi et a gagné un support pour plein d'autres plateformes, notamment sous forme d'application Android et une version pour les liseuses Kobo a vu le jour.

Il ne s'agit plus désormais d'une simple application Kindle, mais d'un vrai logiciel de lecture qui s'installe en parallèle du logiciel interne.

III.2 - Installation

Pour les détails de l'installation, vous pouvez vous reporter sur le wiki de KOReader sur GitHub (cela m'évitera de les recopier ici, d'autant plus que comme ça, vous aurez toujours la version à jour).

Pour simplifier, sur une Kobo (car c'est ce que je possède) il faut passer par l'installation d'un menu qui permettra — entre autres — de choisir entre KOReader et Nickel (qui est le nom du logiciel intégré), ensuite l'installation de KOReader une fois cela fait se résume à décompresser une archive dans un dossier, sur la liseuse, que vous aurez préalablement branchée sur un ordinateur.

Cela se fait en moins de dix minutes et dans le pire des cas vous pourrez toujours réinitialiser votre liseuse à sa configuration d'origine, firmware inclus (ce qui effacerait vos modifications, si jamais cela ne fonctionnait pas).

Donc n'ayez crainte, vous ne risquez pas grand chose. :)

III.3 - Avantages et inconvénients

Pourquoi installer KOReader ?

Eh bien pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, ce logiciel est libre. Vous pouvez si vous le voulez le modifier, le recompiler, l'éditer, changer son fonctionnement, tout cela légalement et relativement simplement.

Ce qui vous permet également de pouvoir regarder comment il fonctionne, ainsi vous pourrez par exemple vous assurer qu'il n'y a pas de code caché qui irait cafter vos données personnelles à un serveur tiers, par exemple.

KOReader n'est pas non plus piloté à distance par une grande entreprise qui peut à tout moment décider de supprimer vos livres et/ou vous retirer tout accès à la liseuse.

Tant que KOReader sera installé, vous serez en mesure d'utiliser votre liseuse comme bon vous semblera. C'est, pour moi, la chose la plus intéressante et la plus importante concernant ce logiciel : il est une garantie.

En outre, il sait lire une grande quantité de formats : l'ePub bien sûr, mais aussi le doc (oui, le format de Microsoft Office), le PDF, et bien d'autres encore (allez sur leur wiki, tout est expliqué, bien que cela soit en anglais).

Ensuite, vous serez toujours en mesure d'utiliser le logiciel intégré, le menu que vous aurez préalablement installé vous permettant de choisir lequel des deux logiciels vous souhaitez lancer, si jamais vous vouliez vous en servir, quelle qu'en soit la raison.

Le seul inconvénient de KOReader, c'est qu'il ne lit pas les ePub Adobe DRM (les livres électroniques verrouillés d'Adobe, le format utilisé notamment par la Fnac), mais pour pallier à cela vous avez trois options :

  • Utiliser Adobe Digital Editions sur un ordinateur sous Windows pour récupérer l'ebook, il vous le déchiffrera et vous le copiera sur la liseuse, moyennant le fait que vous acceptiez d'utiliser ce logiciel qui notifiera à Adobe tous les ebooks que vous y mettrez ;
  • Trouver une méthode pour retirer le verrou numérique (en effectuant une recherche liée aux termes « adobe drm », vous devriez trouver facilement). Ceci est à votre entière responsabilité ;
  • Trouver des magasins en ligne vendant des ebooks non verrouillés par DRM, il y en a une certaine quantité trouvable sur le Web et vous devriez pouvoir trouver votre bonheur assez facilement.

IV - La lecture proprement dite

L'intérêt principal d'une liseuse électronique, c'est sa capacité et sa compacité : pour toujours le même poids, vous pouvez embarquer jusqu'à 4Gio de livres (un livre au format ePub pèse souvent moins d'un Mio, vous aurez donc de quoi embarquer une bibliothèque entière si l'envie vous prenait).

Selon le logiciel, vous pourrez (ou non) trier facilement vos livres (koreader permet la navigation directe des dossiers, vous pouvez donc trier les livres depuis un ordinateur selon la hiérarchie qui vous plaît), en lire plus d'un à la fois, surligner des portions de texte que vous voudriez noter, annoter le texte sans abîmer le livre

Un avantage du livre électronique, c'est que vous pouvez choisir la police d'écriture. En effet, selon vos habitudes et vos goûts personnels, certaines tailles vous plairont plus que d'autres et/ou vous sembleront plus agréables à lire, certaines personnes préfèrent les polices à empattements, d'autres sans ; cela n'est évidemment pas possible sur un livre « physique », étant donné qu'il faudrait pour ça… Le réimprimer.

Quelle que soit la longueur du livre que vous lirez, la liseuse pèse le même poids et est toujours de la même épaisseur, lorsque vous lisez l'équivalent d'un livre de 600 pages c'est un gain très intéressant et agréable autant pour le poids que pour la maniabilité (tenir un livre trop épais peut être gênant pour la lecture à la longue).

Le seul inconvénient qu'on puisse éventuellement lui trouver, bien entendu, c'est l'absence de toucher du livre, vous ne touchez pas de page en papier, vous n'avez pas l'odeur du papier, de la reliure, bref tout ce qui fait que certaines personnes pourront ne pas aimer ce genre d'appareil.

Pour ma part, j'aime beaucoup cela, je la trouve extrêmement pratique et agréable, cependant si quelqu'un m'offre un livre physique, je ne bouderai pas et j'apprécierai le geste et sa lecture tout autant. Simplement je ne pourrai pas me ballader avec aussi facilement car j'aurai simplement peur de l'abîmer.

Bonne lecture à tous ;)

— Électron


Les liseuses électroniques Par Électron, le 20 Avril 2017 18:20:58

Tags : lecturelogicielLibregroumpfkobokoreaderinformatiqueutile


Hello !

Petit article pas du tout prévu ni préparé à l'avance. ^_^

Apparemment Rakuten, depuis les dernières mises à jour de firmware (ou micrologiciel), s'amuse à empêcher les gens de lire leurs eBooks locaux (=pas ceux achetés sur le magasin depuis la liseuse). Ha vous voulez jouer à ça ?

Sachez que vous pouvez vous défendre en installant KoReader, un logiciel libre de lecture d'ebooks supportant plein de formats (et surtout qui n'appelle pas un serveur d'une entreprise qui peut tout savoir de vous et/ou supprimer vos ebooks quand bon leur semble)

C'est pas forcément ultra simple en première approche mais tentez le coup, ça en vaut vraiment la peine car après c'est tranquillité d'esprit garantie.

En plus y'a plein de versions différentes, y'en a pour les Kobo, mais aussi pour les Kindle d'Amazon, y'a même un apk pour Android. ^_^

  • le dépôt GitHub (avec dans la section "wiki" la présentation du projet et divers liens pour bien débuter)
  • un forum dédié, avec plein de trucs intéressants dedans
  • un wiki, parce qu'on a jamais trop de doc.

je sais, j'en avais déjà parlé brièvement ici mais un rappel ne fait jamais mal. ;)

Courage et ne vous laissez pas faire ! :)